Apprenez à connaître les pathologies et participez au développement du savoir commun

Cette version (2019/10/24 15:59) est en ébauche.

VIRUS RESPIRATOIRE SYNCITIAL (VRS)

AGENT PATHOGÈNE

Virus à ARN, famille des paramyxovirus

HISTORIQUE

ÉPIDÉMIOLOGIE

  • Transmission directe par les sécrétions respiratoires (gouttelettes), et indirecte par les mains/le matériel souillé
  • Entraine des épidémies, le pic de l’épidémie est atteint en hiver
  • Touche les nourrissons et les jeunes enfants
  • Est peu immunisant d’où la fréquence des réinfections et des récidives

PHYSIOPATHOLOGIE

ASPECT CLINIQUE

Chez le nourrisson :

  • L'arbre respiratoire supérieur : rhinopharyngites, otites moyennes aiguës et laryngites
  • L’arbre respiratoire inférieur : bronchiolites (dans 20 % des cas) et pneumonie aiguës (plus rare)

Chez l’adulte non immunodéprimé :

Souvent asymptomatique ou se limite à une rhinite claire, une toux sèche et de la fièvre

DIAGNOSTIC

TRAITEMENT

  • La prise en charge est essentiellement symptomatique
  • Les antibiotiques ne doivent être utilisés qu’en cas de surinfection bactérienne

PRÉVENTION

Lavage des mains eau et savon, ou SHA

Décontamination des objets et des surfaces en collectivité

En hospitalisation, isolement en chambre individuelle avec précautions goutellettes

Les anticorps monoclonaux anti-VRS (palivizumab) administrés préventivement par voie IV ou IM (15 mg/kg/mois, au maximum 5 injections/an) diminuent la fréquence des hospitalisations liées aux infections à VRS :

  • Indication : réservée aux enfants fragiles nés avant 35 semaines d’âge gestationnel et âgés de moins de 6 mois au début de l’épidémie à VRS et aux enfants atteints de dysplasie bronchopulmonaire et âgés de moins de 2 ans (car présentent des formes graves d’infection)
  • A commencer dès le début de la saison épidémique

RÉSUMÉ


Outils de la page