Apprenez à connaître les pathologies et participez au développement du savoir commun

Cette version (2021/09/27 08:18) est en ébauche.

Maladie à Zika virus

AGENT PATHOGENE

  • Genre : Flavivirus
  • Vecteur : La maladie à virus Zika est due à un virus transmis par des moustiques du genre Aedes (piquant en général le matin,fin d’après-midi et en soirée)
  • Réservoir : înconnu

HISTORIQUE

  • Le virus Zika a été identifié pour la première fois en Ouganda en 1947 chez des singes, par le biais d’un réseau de surveillance de la fièvre jaune selvatique.
  • Il a ensuite été identifié chez l’homme en 1952 en Ouganda et en Tanzanie.
  • Des épidémies de maladie à virus Zika ont été observées en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique.
  • Des épidémies liées au virus Zika ont été signalées pour la première fois dans le Pacifique en 2007 et en 2013 (îles Yap et Polynésie française respectivement), puis en 2015 dans les Amériques (Brésil et Colombie) et en Afrique (Cabo Verde). En outre, plus de 13 pays des Amériques ont notifié des infections sporadiques à virus Zika, signe d’une expansion géographique rapide de celui-ci.
  • Lors des grandes flambées épidémiques en Polynésie française et au Brésil, en 2013 et en 2015 respectivement, les autorités sanitaires nationales ont signalé des complications neurologiques et auto-immunes potentielles.
  • En 2015, au Brésil, les autorités sanitaires locales ont observé une recrudescence des infections à virus Zika dans la population locale, ainsi qu’une augmentation du nombre des nouveau-nés atteints de microcéphalie dans le nord-est du pays.

EPIDEMIOLOGIE

  • Durée d’incubation : Peu connue, mais probablement de quelques jours.
  • Transmission : le virus Zika se transmet à l'Homme par la piqûre d’un moustique infecté du genre Aedes dans les régions tropicales. Celui-ci transmet également la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune.

PHYSIOPATHOLOGIE

ASPECT CLINIQUE

  • fièvre
  • exanthème (rash cutané)
  • conjonctivite
  • arthromyalgies diffuses
  • sensation de malaise général
  • céphalées.

Ces symptômes sont en général bénins et disparaissent en 2 à 7 jours

  • Des complications neurologiques et auto-immunes peuvent apparaitre
  • Une augmentation du nombre des nouveau-nés atteints de microcéphalie à été constaté chez les femmes enceintes contaminé par le virus Zika même si le lien entre les 2 restent encore obscure.

DIAGNOSTIC

  • Il se fait par PCR (amplification en chaîne par polymérase) et par isolement sur des échantillons sanguins.
  • Le diagnostic sérologique peut être difficile à cause de la possibilité de réactions croisées avec d’autres flavivirus, tel que le virus de la dengue, du Nil occidental ou de la fièvre jaune.

TRAITEMENT

  • Les formes bénignes ne requièrent en général qu'un traitement symptomatique ( lutte contre la douleur et la fièvre (paracétamol), repos, hydratation.
  • Les formes graves ou compliquées peuvent nécessiter des soins intensifs.

PREVENTION

Collective :

  • Il n’existe actuellement aucun vaccin.
  • Réduction du nombre des moustiques à la source : lutte contre les moustiques et leurs gites larvaires (démoustication).
  • Modification génétique du moustique Aedes : plusieurs firmes travaille sur des pistes différentes en proposant des méthodes alternatives, utilisant des moustiques modifiés, afin de contrôler le vecteur de transmission de la maladie.

- La technique SIT, ou Sterile Insect Technique, repose sur la stérilisation par irradiation d’une population de moustiques mâles. Relâchés dans la nature, ceux-ci prennent la place des moustiques sauvages lors de la reproduction, et diminuent donc le nombre de fécondations de femelles. Les femelles autochtones qui s’accouplent avec les mâles stériles ont une descendance non viable, ce qui entraîne un déclin de la population naturelle. L'efficacité de cette technique reste controversée car les doses de rayonnement stérilisantes affaiblit les moustiques et réduit leur aptitude à rivaliser avec les autres mâles..

- La technologie RIDL, pour “Release of Insects carrying a Dominant Lethal” : une population de moustiques mâles est générée, portant une modification génétique qui empêche l’évolution de leur descendance de l’état larvaire au stade adulte.

Individuelle :

  • Application de produits répulsifs aux endroits stratégiques
  • Port de vêtement long couvrant les membres (de préférence de couleur claire afin de percevoir le moustique) ,
  • Crème protectrice anti-insectes adaptées
  • Lieux clos avec portes et fenêtres fermées
  • Dormir sous des moustiquaires.
  • Vider, nettoyer ou couvrir tous les contenants susceptibles de retenir l’eau (les seaux,les vases, les pots de fleurs ou les pneus, afin d'éliminer les endroits où les moustiques pourront se reproduire.

RESUME

REFERENCES


Outils de la page