Apprenez à connaître les pathologies et participez au développement du savoir commun

HEYDoctor a approuvé cette version (2020/06/03 14:29).

BRONCHOPNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE (BPCO)

INTRODUCTION/GÉNÉRALITÉ

La BPCO est une maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente des voies aériennes.

HISTORIQUE

PHYSIOPATHOLOGIE

ÉPIDÉMIOLOGIE

  • La prévalence est difficile à estimer en raison du sous-diagnostic et de la difficulté à réaliser des épreuves fonctionnelles respiratoires (EFR) dans le cadre d’études épidémiologiques : elle est estimée à 7,5 % dans une population de plus de 45 ans.
  • L’incidence semble se stabiliser chez l’homme et augmenter chez la femme.1)
  • En 2018, 25,4 % des patients adultes avaient une consommation quotidienne de tabac (SPF 2019).

Le rapport 2017 de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) 2) sur l’état de santé de la population en France montre que :

  • en 2013, environ 19 000 décès étaient liés à la BPCO, dont 48 % en cause initiale ; les taux bruts de mortalité liés à la BPCO étaient de 96/100 000 adultes de 45 ans ou plus chez les hommes et 41/100 000 chez les femmes ;
  • en 2014, le nombre annuel d’hospitalisations pour exacerbation de BPCO se situait entre 100 000 et 160 000 selon l’indicateur ; les taux bruts d’hospitalisation étaient de 31/10 000 chez l’homme et 15,4/10 000 chez la femme, les taux les plus élevés (> 20 %) étant observés dans les régions du Nord et de l’Est de la France et à la Réunion. Les taux standardisés d’hospitalisation ont augmenté depuis 2000, de 2 % par an chez l’homme et 5 % par an chez la femme.

Les coûts moyens directs de la BPCO augmentent avec le niveau de sévérité de la maladie et passent en moyenne de 7 628 € par an pour les patients les moins sévères à 20 747 € par an chez les patients sous oxygénothérapie.3)

FACTEURS DE RISQUES

EXAMEN CLINIQUE

EXAMENS COMPLÉMENTAIRES

DIAGNOSTICS DIFFÉRENTIELS

ÉTIOLOGIE

COMPLICATIONS

PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE

ÉVOLUTION/PRONOSTIC

PRÉVENTION

La cause la plus fréquente de BPCO étant la consommation de tabac, la prévention primaire de la maladie repose sur le dépistage individuel de cette consommation : la recommandation de bonne pratique disponible sur le site de la HAS en donne les recommandations :4) tous les professionnels de santé en contact avec la population devraient s’impliquer dans l’aide à l’arrêt du tabac.

il est recommandé que tous les patients soient questionnés sur leur consommation de tabac de façon systématique et que leur statut de consommation soit renseigné de façon régulière :

  • interrogatoire lors de la première consultation (identification des facteurs de risque),
  • recherche des autres formes d’utilisation du tabac (prisé, roulé, cigare, pipe, etc.),
  • interrogatoire plus spécifiquement des patients présentant des comorbidités somatiques ou mentales, des adolescents, des femmes enceintes ou en projet de grossesse ou en post partum,

• recherche du tabagisme dans l’entourage direct du patient ;

  • la mesure du CO expiré n’est pas nécessaire pour le dépistage en premier recours ;

la marche à suivre du dépistage à la prise en charge est décrite dans un algorithme (1) : • poser les questions suivantes : « Fumez-vous du tabac ? » si non, « Avez-vous déjà fumé ? », « Pendant combien de temps ? » « Avez-vous déjà envisagé d’arrêter de fumer ? » « Depuis quand avez-vous arrêté ? », • rechercher le tabagisme passif et la consommation de cannabis associée ou non à la consommation de tabac: un outil d’aide au repérage précoce (9) : tabac, cannabis est disponible sur le site de la HAS, (questionnaire CAST pour le cannabis en Annexe 1) ; la prise en charge de la consommation de tabac est décrite dans le chapitre 3.3

SURVEILLANCE

CAS PARTICULIERS

THÉRAPIES FUTURES

1) Fuhrman C, Delmas M. Épidémiologie descriptive de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) en France. Rev Mal Resp 2010;27(2).http://dx.doi.org/https://doi.org/10.1016/j.rmr.2009.08.003
2) Direction de la recherche des études de l’évaluation et des statistiques. L’état de santé de la population en France. Rapport 2017. Paris: DREES; 2017. https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/esp2017.pdf
3) Laurendeau C, Chouaid C, Roche N, Terrioux P, Gourmelen J, Detournay B. Prise en charge et couts de la bronchopneumopathie chronique obstructive en France en 2011. Rev Mal Respir 2015;32(7):682-91. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.731
4) Haute Autorité de Santé. Arrêt de la consommation de tabac : du dépistage individuel au maintien de l’abstinence en premier recours. Recommandation de bonne pratique. Saint Denis la Plaine: HAS; 2014.https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2014-01/recommandations_- _arret_de_la_consommation_de_tabac.pdf

Outils de la page